Les aides de l’ANAH évoluent en 2022

Créée en 1971 en remplacement du Fonds national de l’amélioration de l’habitat, l’Agence nationale de l’Habitat œuvre pour la décence et la qualité de vie des habitants en France. Elle permet aux propriétaires occupants d’obtenir des subventions pour rénover leurs biens et aux bailleurs des déductions fiscales en échange d’une location à un prix modéré. Les aides ont été repensées en 2022 et le budget élargi.

Des aides réservées aux propriétaires, copropriétés et collectivités

Selon les revenus des propriétaires, qu’ils soient occupants ou non, l’ANAH octroie des fonds pour l’aménagement, ou réduire vos consommations d’énergie (plus d’infos sur upenergie.com)
L’ANAH œuvre également auprès des syndicats de copropriété en situation financière précaire et apporte une partie des fonds nécessaires à certains travaux de rénovation énergétique, comme la réfection des systèmes de ventilation, l’isolation, le remplacement des menuiseries, etc.
L’organisme s’appuie aussi sur les collectivités territoriales, ce qui permet l’accueil quotidien de personnes en situation de fragilité financière.
Il vient donc en aide aux ménages modestes, afin que ces derniers diminuent le montant de leur prêt pour les travaux et/ou micro crédit qu’ils doivent faire chez eux.

Comment faire sa demande de subvention ANAH ?
Il convient de se rendre sur la plateforme ci-dessous, renseigner les informations demandées. Si le client est éligible à la subvention demandée alors il n’a qu’à poursuivre la démarche et transmettre les documents demandés sur internet.

https://monprojet.anah.gouv.fr/

La prime à l’autoconsommation photovoltaïque
L’autoconsommation photovoltaïque est la consommation de sa propre production d’électricité à partir de l’énergie solaire. Elle permet d’utiliser une énergie non polluante et abondante et de contribuer à la transition énergétique. Les installations qui permettent l’autoconsommation (installations de vente en surplus), sont éligibles à une prime à l’investissement. Cette prime est dégressive et variable en fonction de la puissance de l’installation. Les kits solaire en autoconsommation peuvent aussi se faire financer en parti par les chèques énergie.

Se prémunir contre les fraudes

Par téléphone ou à domicile, notez que le service public n’effectue jamais de démarchage.

De fait, ne croyez pas les démarcheurs qui se réclament d’organismes publics.

Découvrez tous nos conseils pour savoir comment agir face au démarchage commercial – https://france-renov.gouv.fr/fraude

Conseil Énergie Rambouillet Territoires + permanences délocalisées

En plus des permanences, en semaine, au siège de la communauté d’agglomération, la Conseillère énergie de RT, Christelle ROUAUD, effectue des permanences dans différentes mairies du territoire, les samedis matin de 9h à 12h. L’objectif reste le même : informer et accompagner les Sud-Yvelinois qui s’interrogent sur la performance énergétique de leurs logements et envisagent/souhaitent entreprendre des travaux pour les rendre plus résilients. La prochaine permanence aura lieu :

  • Rochefort-en-Yvelines le 23 juillet

Pour plus d’infos : www.rt78.fr/habitat/conseil-energie

Repère Habitat

Connaissez vous Repère Habitat, la plateforme locale de rénovation énergétique du Sud Yvelines?

Pour les habitants des communes yvelinoises du Parc naturel régional de la Haute Vallée de Chevreuse :

La plateforme de la rénovation énergétique RePerE Habitat vous accompagne dans votre démarche de travaux. Un conseiller plateforme vous aidera dans les différentes étapes : préparation, choix des entreprises, aides financières. Vous bénéficierez d’un bilan énergétique simplifié de votre logement. Cet accompagnement est gratuit et indépendant.

RePerE Habitat accompagne gratuitement les particuliers et les copropriétés dans leurs projets de rénovation énergétique,

à travers un parcours personnalisé.

  • bilan énergétique simplifié
  • rendez-vous gratuit avec un conseiller indépendant
  • annuaire des entreprises performantes
  • information sur les financements

        Elle offre un accompagnement complet des démarches de rénovation.

Rendez-vous sur : www.reperehabitat.fr

Source : Parc Naturel Régional de la Haute vallée de Chevreuse

Du nouveau dans le Diagnostic de Performance Énergétique (DPE)  

À compter du 1er juillet 2021, le diagnostic de performance énergétique (DPE) ne sera plus informatif mais opposable. Son contenu et sa méthode de calcul seront également modifiés. Ce document qui indique au futur acquéreur ou locataire une estimation de la consommation énergétique d’un logement et son taux d’émission de gaz à effet de serre, notamment à travers les étiquettes énergie, deviendra plus lisible et plus fiable. Trois arrêtés ont été publiés au Journal officiel le 13 avril 2021 en application de deux décrets parus en décembre 2020.

À compter du 1er juillet 2021, le diagnostic de performance énergétique (DPE) connaîtra plusieurs évolutions :

  • Sa méthode de calcul sera unifiée pour tous les logements, en éliminant la méthode dite « sur facture » : il s’appuiera uniquement sur les caractéristiques physiques du logement comme le bâti, la qualité de l’isolation, le type de fenêtres ou le système de chauffage. Le calcul intégrera également de nouveaux paramètres : consommations énergétiques en matière d’éclairage, de ventilation, nouveaux scénarii météo ou encore phénomènes thermiques plus précis comme l’effet du vent sur les murs extérieurs.
  • Dans le cas d’un logement collectif (notamment en copropriété), il sera possible de ne faire réaliser qu’un seul DPE pour l’immeuble qui profitera à tous ses propriétaires. Néanmoins, un copropriétaire ayant réalisé des travaux dans son logement gardera toujours la possibilité de remplacer ce DPE généré à partir des données collectives par un DPE individuel pour mieux valoriser les travaux entrepris.
  • Le DPE devient opposable, comme les diagnostics relatifs à l’état des installations électriques ou la présence d’amiante ou de plomb. Le propriétaire engage sa responsabilité en le présentant au locataire, ou à l’acheteur. En cas de doute, le locataire ou acheteur peut refaire un diagnostic : si le nouveau DPE n’affiche pas les mêmes résultats que celui présenté par le propriétaire, la personne peut se retourner contre lui et même demander une compensation, voire faire appel à la justice.
  • Sa présentation évoluera pour faire apparaître le montant théorique des factures énergétiques et apporter des informations complémentaires : détail des déperditions thermiques, état de la ventilation et de l’isolation, présence de cheminée à foyer ouvert, indicateur de confort d’été, recommandations de travaux et estimations de coûts pour atteindre une classe énergétique plus performante…
  • Les étiquettes énergie du DPE ne seront plus uniquement exprimées en énergie primaire. Les seuils seront calculés en fonction de deux facteurs : l’énergie primaire mais également les émissions de gaz à effet de serre. Un logement sera donc classé sur l’échelle de classe énergétique (de A à G) sur un « double-seuil ». Sa plus mauvaise performance, en énergie primaire ou en gaz à effet de serre, définira la classe du logement.

Plus d’infos sur https://www.service-public.fr/particuliers/actualites/A14841

RÉVISION DE L’ÉTIQUETTE ÉNERGIE !

Bon a savoir!

À partir du 1er mars 2021, plusieurs catégories de produits, parmi lesquels les lave-vaisselle ou les lave-linge, doivent atteindre des niveaux de performances énergétiques et environnementales plus importants afin de pouvoir être mis sur le marché européen.

Quels sont les bénéfices ?

Ces nouvelles mesures d’écoconception et d’étiquetage énergétique doivent permettre de réaliser, à l’échelle de l’Union européenne, 167 TWh d’économies d’énergie finale par an, d’ici 2030. Cela équivaut à la consommation annuelle d’énergie du Danemark et correspond à une réduction de plus de 46 millions de tonnes d’équivalent CO2. Grâce à ces mesures, les ménages européens économiseront, en moyenne, 150 euros par an.

 

 

Un coup de pouce à l’installation

Un coup de pouce à l’installation

Un jeune actif de moins de 25 ans et titulaire d’un CDI, CDD ou contrat d’intérim pourra bénéficier d’une aide de 1 000 euros pour s’installer dans son premier logement. De même, les jeunes actuellement en alternance pourront bénéficier de cette aide, sans limites d’âge. Cette prime de 1000 euros est un élargissement de la “prime déménagement”, autrement dit l’aide mobilité.
Seule condition sine qua none : avoir un salaire inférieur à 1400 euros net par mois.

Comment percevoir cette aide ?

Pour percevoir l’aide de 1 000 euros, un jeune éligible au dispositif doit adresser une demande dans les trois mois au maximum après la date d’effet de son bail ou de la convention d’occupation. La démarche s’effectue en ligne sur le site d’Action Logement.